Un nouveau livre d'or a été mis en service récemment, il n'attend plus que votre avis ou votre commentaire, cliquez sur le lien dans la barre de navigation...
↙ BARRE de NAVIGATION (tête & pied de page) ↘
OU UTILISEZ LE BANDEAU DEFILANT POUR NAVIGUER...
. . . . . . . . . . . Vous pouvez aussi choisir & cliquer directement parmi ces autres sujets qui tournent en boucle » Nos escapades varoises...» Marche aquatique côtière (MAC)... » A la découverte des châteaux Cathares en juin 2013 ...» W.E. de Pentecôte 2013 en Aveyron... » En Ardèche... » Dans le Quercy... » Autour de Ceillac... » Dans les Cévennes... » Autour de Rémuzat... Autour de Pralognan... » La transvosgienne... » Le Tour des Combins... » Le Grand Paradis en... » La Hte Tarentaise... Le (GR34) en Bretagne... » Le Chablais, les Vosges/Saônoises et le Valais... » Le Tour de l'Ubaye... » Les volcans cantaliens... » Le Mercantour Sud/Est... L'ascension du Mont-Blanc... » Tour de la Vanoise... » Chamonix & Zermatt... » Le pays d'Allevard... » Tour du Queyras... » Tour du Mont-Blanc... Le Dôme des Ecrins... » Les Htes-Pyrénées... » Les Pyrénées par J-C Labat... » Le sentier des statues en Suisse... » Le sentier des statues par Jacky... Recueil des diaporamas ... » Itinéraires sur mesure... » Carterie Ecards... » Musique de balade en ballade... » Au pays de la cigale... » Liens... » Les tourneurs de manivelle... Photos de Pascal K... » Photo de la semaine... » Vidéos 1... » Vidéos 2... » Trains de montagne... » Infos sport... » Mes récompenses... » Livres virtuels ... MERCI et bonne visite. . . . . . . . . . .. . . . . . . . .

Récit des 7 étapes de la traversée du massif du Grand Paradis (avec la musique de fond)..

Suite à des remarques reçues d'internautes qui me demandent de mettre un peu mon grain de sel dans ce récit... Tu le retrouveras (mon grain de sel) à certains endroits, il sera écrit en orangé comme ici, et entre des étoiles *** afin de le localiser facilement, si tu as déjà lu ce sujet !!!
GUIDES : ERIC et FABIEN (Muletier et conducteur du minibus) MULE : Caféine dite Fifine
Randonnée organisée par le Groupe CAIRN de SAMOENS

  • 1ère étape: Samedi 15 juillet 2006
Rendez-vous a été fixé pour 11 h à La Thuile, petit village sous le col du Petit St Bernard où l’on retrouve les copains et les guides.
Nous montons en minibus au ? Fourg, là nous faisons connaissance avec Fifine et faisons le transfert de nos sacs de rando.
Nous déjeunons sous les arbres en bordure d’un agréable ruisseau et départ pour la grande balade. Montée jusqu’aux cascades du Ruitor puis lente ascension (1000 mètres) jusqu’au
refuge Deffeyes (2492 m).
Le refuge est situé sous le glacier du Ruitor. Refuge rustique ; il faut laisser les sacs en bas. Un dortoir uniquement pour l’équipe (pas de ronfleur). Douche à 5 € avec eau froide pour certains. Du coup on se lave au lavabo.
Le patron est sympa, sauf quand on parle de Materazzi. Au repas : minestrone ou pâtes - cerf - polenta - flan à la vanille.
Lever prévu à 5 h 30 ! ! !
  • 2ème étape: Dimanche 16 juillet 2006

Départ à 7 h – Montée d’1 heure 30 au Passo Alto (altitude ?), sans problème puis l’enfer de la descente dans la caillasse. Pour éviter le névé, on prend par les rochers. Mone est scotchée au sac d’Eric et marche en tête. On décide d’attaquer la montée sur le col de Crossan ? de l’autre côté, avant le déjeuner car on a pris beaucoup de retard et Mone peine. Après une petite pause et remplissage des gourdes sur un chantier, Eric change donc le programme : au lieu de remonter 800 m et redescendre 1000 m dans les pierriers, on rejoint la vallée où Fabien nous récupérera avec le minibus d’autant plus que le temps a l’air de changer.
Descente de 400 m dans les mélèzes avec quelques gouttes de pluie avant de retrouver Fabien. Le 1er groupe part en minibus et les autres (Eric – Maurice – Dédé – Jean – Nicole – Samy et moi) nous descendons à pied sans nos sacs et on se ramasse une bonne douche, de plus nos pèlerines sont parties avec le minibus.
Arrivée à l’hôtel Paramont vers 17 h 30.
Bel hôtel confortable avec WC et douche qu’on n’a pas su faire marcher, (1500 m d’altitude). Bière sur la terrasse (4 pour Christian qui ne supporte pas, est malade et doit se coucher).
Au repas (sans Christian) : petite salade de jardin – Tortellini aux épinards délicieux – veau – pommes de terre sautées – mousse au citron. Dédé offre le mousseux pour son anniversaire.
Les copains vont porter des seaux à Christian avec des mines d’enterrement.
Rosy a mal à l’œil, Nicole aux jambes, Mone partout.
Coucher à 21 h.

***Cette année, petite innovation, pour le réveil, nous avons droit au coq chantant… Une merveille de technologie que Maurice nous fait partager régulièrement et sans ménagement car figurez-vous que ce bougre de coq se réveille à n’importe quelle heure et même plusieurs fois dans la nuit et connaissant son propriétaire, l’objet n’a qu’à bien se tenir sous peine de se retrouver par la fenêtre !
Ce que je ne vous ai pas dit, c’est que le poulailler du coq est un téléphone portable récent que Maurice ne maîtrise pas encore parfaitement et qu’il faut instrumenter pour en changer les paramètres… Hors, comme il est nouveau (le téléphone) v’là que Maurice ne connaît pas par cœur le code PIN qui, du coup, ne peut-être changé … Nous subirons les sarcasmes du roi de la basse-cour jusqu’à ce que vint à l’idée de son proprio d’en retirer les piles. Comme quoi, t’as beau être ingénieur en informatique, si t’as pas le p’tit binbin qui coupe le courant, t’as l'zinzin qui te claironne toute la nuit, dans les portugaises !



  • 3ème étape: Lundi 17 juillet 2006

Petit déjeuner à 7 h 30 et montée en minibus jusqu’au Revers. Départ de la colonne à 9 h. Grimpette sympa sous les mélèzes et à travers les alpages. Pause minute près d’une ferme tenue par des marocains et un peu plus loin croisée d’un grand troupeau. On prend le temps de photographier des lys martagon. Déjeuner sous les mélèzes dont un a été foudroyé. (salade de thon – maïs – champignon – soja extra).
Nous continuons par une marche en balcon qui n’en finit pas. Arrivée au refuge de l’Epée à 18 h, heureux de retrouver Fifine.
Refuge sympa tout en longueur tenu par deux frères. Il y a même un sèche cheveux, on en profite pour se faire belles mais les WC à la turque sont terribles pour les cuisses (Altitude : 2370m).
Au menu bombance : pâtes – potage – bœuf braisé – purée – ratatouille – fromage – flan vanille avec chocolat.
Jacky décide de faire un break demain avec Mone et André car l’étape doit être rude.
Coucher à 9 h 15.
  • 4ème étape: Mardi 18 juillet 2006

Petit déjeuner à 6 h 30 – départ à 7 h 30 au pas de course jusqu’à 9 h. Il faut suivre le rythme, mais le chemin sera long. Passage du col ? et on repart en direction du col de Bassac Deré ( 3082 m). Cinq glaciers nous entourent (dont la Grande Sassière – la Goletta, la Gliaireta). Le col est encore trop loin, on ne pourra l’atteindre avant le déjeuner, on s’arrête donc 1 h 30 pour déjeuner au bord d’un torrent dont les rives sont parsemées de serpentines. Au menu : taboulé, saucisson – tomme – pomme.
On redémarre à 14 h pour atteindre le col à 15 h 30. Certains passages sont scabreux et la montée n’est pas facile.
La descente de l’autre côté se fait dans les névés ; le premier névé est long et assez dangereux, de plus certains se souviennent des accidents survenus l’année précédente au tour du Mont Rose. Eric en profite pour nous apprendre la descente en ramasse. Pierrot et Rosy se soutiennent l’un, l’autre. La descente se fait ensuite dans la caillasse. On voit le refuge Benevolo tout petit avec ses volets rouges, au loin tout en bas ; les derniers mètres sont très pénibles pour les genoux. Nous admirons les edelweiss qui foisonnent et sommes accueillis au bas de la descente par une armada de marmottes, certaines se font des bisous.
Arrivée au refuge de Benevolo (2285m). ***Refuge très rustique et exigu. Un point d’eau avec 2 robinets***. Dortoir alvéole pour 6 avec trois niveaux ; Rosy dort tout en haut et Fabien récupère la dernière couche. Si ça flambe, on cuit comme des rats.
Au menu : potage – pâtes – bœuf braisé et petit pois – tiramisu.
Coucher à 9 h 15

***(Refuge très rustique et exigu. Un point d’eau avec 2 robinets.) Comme le dit notre “Tata” nationale, un point d’eau avec 2 robinets, nous décidons donc avec Christian et Pierrot d’aller nous laver dans le torrent proche du refuge et que nous avions repéré lors de la descente vers Benevolo ! Nous voilà partis avec trousse de toilette et serviette, faire une petite séance de strip-tease… Heureusement hors du regard des autres randonneurs puisqu’en contrebas… nous voilà à poil, prêts à mettre un pied dans l’eau… Ouilllllllllllllllle………… Qu ‘elle est froide, j’avais l’impression que mes dents allaient dégringoler au fond et du coup l’escargot rentra dans sa coquille et n’en ressortit pas … ce qui fait que la toilette fut encore plus rapide. Chacun de nous trois “yeutait” pour voir si le bigoudi de l’autre avait la même tronche que le sien !!! Bref, en rentrant au refuge, on raconta notre histoire qui fit bien rire les autres… Mais après une telle séance, on “bouillait” comme des faitouts et on s’acharna sur le pinard qui disparu aussi vite que neige au soleil !!! Autant dire qu’on était un peu fait pour retrouver notre plumard. Je me souvenais m’être installé au 3ème niveau, tout au dessus, moi qui d’ordinaire grimpe comme un cabri, il me fallut un temps pas possible pour retrouver ma couche et m’enfiler dans mon sac à viande, par contre, l’endormissement fut fulgurant et dura jusqu’à l’heure du réveil.***
  • 5ème étape: Mercredi 19 juillet 2006
Lever à 6 h 30 pour départ à 7 h 30.
On monte bien lentement jusqu’au bas du Col Rossé (3010 m). Grimpée du col en 1 h 30, pas facile surtout sur le pierrier. Mone a très peur et verse sa larme.
La descente est acceptable. On mange en bas au bord d’un lac. André prend un bain pendant qu’Eric remonte au col au pas de course pour faire des photos.
Au menu : tomates, jambon aux herbes extra – Gorgonzola délicieux – yaourt - chocolat . Et on repart tranquillement en direction du refuge mais vraiment tranquillement puisqu’on a le temps de faire une sieste d’une heure au bord d’un lac glaciaire. Des linaigrettes en pagaille bordent le lac et des truites filent de tous côtés. L’endroit est superbe, c’est une succession de lacs et on voit au loin le Grand Paradis.
Arrivée au refuge Savoia à 17 h 30 (2534 m). Rosy et moi partageons une chambre avec Jean et Nicole tandis que Jacky dort en face avec Christian – Maurice et Sam.
La salle à manger est pimpante avec des nappes bleues à fleurs jaunes, guitare au mur et photos d’un disparu ?
Le repas est exquis : petites salades extra et charcuterie (haricots en salade comme les préparait ma mamma) – polenta con fontina et bœuf braisé – fromage – desserts variés.

  • 6ème étape: Jeudi 20 juillet 2006

Lever 6 h45 - Départ à 8 h 30 – La première partie est agréable et on prend quelques photos des muletiers improvisés, des marmottes, des coprins chevelus, …Puis on amorce un chemin difficile où il faut débatter la mule. On porte donc nos sacs et dur, dur, il fait très chaud. On est descendu de 500 m. Fifine rencontre son copain Oscar.
Arrêt pour déjeuner sous les mélèzes au Pont, puis café ou boisson au bar ,car il fait très chaud. On repart au pas de sénateur en direction du
refuge Victor Emmanuel (2735m) où l’on arrive à 16 h 30. (On a mis 2 h 30 au lieu des 2 h 15 annoncées). André est monté comme un chef ! Quelques gouttes arrosent notre parcours et sur le chemin, on rencontre des gens de Valdoie (les Dro) qui vont en sens inverse.
Le refuge situé sous le glacier du Ciaforon (glacier pourri d’après Eric) a une forme bien particulière, on dirait une gare. Notre dortoir se situe un peu plus haut. Il y a exactement 13 places. Toilette au lavabo avec une eau très froide. Certains peuvent admirer les bouquetins qui viennent près du refuge.
Il y a beaucoup de monde au refuge, donc deux services pour le repas. Au menu : Minestrone – Purée – Bœuf en sauce – Flan chocolat ou salade de fruit. Le pain a au moins 10 jours et est dur à avaler.
Coucher à 9 h 15 et on se fait «engueuler » parce qu’on fait du bruit.
Dehors il pleut, grosse averse.


*** Comme on arrivait presque au terme de ce périple, et qu’il y avait encore des ″ chevaux sous le capot, je décidai donc, lorsqu’on fut en fond de vallée, de m’éclater un peu les tripes dans la montée… Chose que je ne fais jamais lorsque mon épouse m’accompagne, me voilà donc à grimper les premiers lacets assez rapidement, de l’ordre de ≈ 500m à l’heure puis à ralentir et re accélérer pour mettre la cocotte en pression jusqu’à ce que la soupape se mette à tourner. Arriver au rythme de résistance douce, celui de croisière, me voilà parti à l’asseau des quelques 772 m de dénivelé qui nous séparent d’Emmanuel II, autant te dire que ça sentait le caoutchouc brûlé, car j’ai dû avaler çà en un peu moins de 1h 1/2, je voyais se rapprocher les gros rochers se trouvant devant le refuge que je n’ai vu que presque arrivé, au passage, j’ai dû doubler une bonne cinquantaine de poilus qui devaient bien se demander où j’allais à cette allure là ??? Bref, arrivé au-dessus, une bonne vingtaine de minutes avant tout le monde, j’ai eu le temps de boire une bière offerte par un randonneur que nous avions rencontré précédemment et qui n’en revenait pas que je sois déjà arrivé et qui croyait que j’avais emprunté un raccourci !!! ″ ***

  • 7ème étape: Vendredi 21 juillet 2006

Petit déjeuner 6 h 30 – Départ 7 h 30.
Au départ, descente pas trop raide, il fait frais. On tombe sur un troupeau de chamois (+ de 40 bêtes). On observe également des cordées qui font l’ascension du Grand Paradis. Après la traversée de quelques pierriers, on entreprend une descente interminable sur un chemin muletier.
La fin du chemin est un ouvrage d’art. Il y a d’ailleurs des ouvriers qui y travaillent.
Les genoux commencent à se faire sentir.
Arrivée en bas à 12 h 30. Fabien nous attend ; il a préparé le repas que nous prenons sous les mélèzes. Au menu : salade de haricots verts – maïs – olives – salami – tome – pommes et une bouteille de vin pour arroser le tout ;
L’averse nous surprend à la fin du repas et c’est l’envolée de toutes parts ; nous sortons les pèlerines pour la première fois. 1140 mètres de descente et 360 m de montée pour la journée.
Notre taxi bus nous récupère à 14 h et arrivée à La Thuile à 15 h 15 où l’on prend un dernier pot.
Le long de notre périple, nous avons traversé les vallées de Grisenche, de Rhême et de Savarenche, qui sont perpendiculaires au Val d’Aoste.

Nous partons en direction de Tignes, les autres rejoignent Belfort. On apprendra en fin de journée qu’André, Mone et Rosy ont suivi Christian qui a confondu Gênes (Genova) et Genève ! ! !

6 commentaires:

Anonyme a dit…

Coucou J€@n-Cl@ud€.... me revoilou ... J'ai pris un peu de retard ces derniers temps mais je compte bien le rattraper.... ;) Et compte sur moi pour revenir le plus souvent possible... une bonne bouffée d'air pur n'a jamais fait de mal à personne et ça... ça m'a manqué pendant quelques mois. J'ai encore quelques minutes pour continuer la lecture et rêver à travers tes photos ......
Amitiés Bisous
Sylvie ;)

Anonyme a dit…

Magnifiques photos à travers le Grand Paradis. Je comptais m'y ballader début juillet mais après avoir lu ce récit je n'ai plus aucune hésitation. félicitations pour ce blog très plaisant à lire!

J€@n-Cl@ud€ a dit…

Message à l'attention de l'anonyme du 05 février
Bonjour et merci pour ton message et tes éloges, je ne peux te remercier en particulier puisque tu ne m'as pas laissé de quoi le faire, cependant si tu veux quelques renseignements concernant ce secteur, clique sur "CONTACT" dans le bandeau droit du blog et écris moi ! Merci à bientôt.
Montagnement vôtre.
JC

Black Beauty a dit…

ça a l'air magnifique ! un peu fatiguant, l'heure du réveil le matin... ;p mais magnifique d'après les phtotos ;)

Gazelle Marie-Aleth LAMY a dit…

Je découvre ,ce site et Le Grans Paradis lui-même .
Magnifique .
Merci Jean-Claude.
bien amicalement .
marie-aleth,montagnarde des Pyrénées mais pas que !

Jean-Claude ®... a dit…

Bonjour Marie-Aleth,
Je ne sais pas par quel moyen tu es arrivée là, je te remercie pour ton passage et ton commentaire, mais il y a également plein d'autres sujets de ce genre sur Blogmontagne...

Enregistrer un commentaire

⇕______________________⇕_______________________⇕
➽ MODE D'EMPLOI POUR ECRIRE UN COMMENTAIRE ✉...
➽ Rédigez votre message dans la fenêtre blanche ci-dessus ou dessous...
➽ Sélectionnez le profil en bas de la fenêtre blanche au bout de Commentaire: clic sur ▼ ...
➽ Choisissez la dernière option ➽ *Anonyme* Vous pouvez ajouter votre prénom dans le texte, c'est plus correct mais facultatif....
➽ Faites un Aperçu...
➽ Corrigez si nécessaire ➽ Puis publiez...
➽ Votre commentaire sera visible immédiatement...
SITES COMMERCIAUX S'ABSTENIR vous seriez bannis...
➽ En général, je réponds toujours en dessous, vous le verrez si vous le souhaitez en revenant ici même !

Maintenant, c'est à vous et c'est en dessous que ça se passe, cliquez où c'est écrit *Saisissez votre commentaire* le curseur doit y clignoter & la fenêtre doit s'encadrer de bleu, vous pouvez écrire (sinon recommencez cette opération) - MERCI...
⇕______________________⇕_______________________⇕